Une nouvelle policière : « Les têtes coupées » de Lucille Cottin

12516844_1292789207401713_75652234_o

Incipit : « Nous approchions de la fin du mois de décembre. Les rues de Londres étaient envahies de brouillard et de lumières de Noël. C’était l’effervescence. Autour de moi s’affairaient bon nombre de bourgeois, sillonnant les rues à la recherche de leurs derniers cadeaux. Moi, j’errai, amusé. »

Lorsque j’ai commencé à lire Les têtes coupées de Lucille Cottin (mon auteur fétiche aux éditions l’Arlésienne), j’ai tout de suite pensé à ces « monstres » qu’exposaient dans des bocaux remplis de formol les vieux museum d’histoire naturelle. Vision glaçante et sidérante comme elle l’est pour Freddy Stratton lorsqu’il découvre une tête coupée dans un bocal chez un commerçant de sa connaissance.

Le banquier-détective mène l’enquête et met à jour une mystérieuse société secrète qui s’organise autour d’ une série de têtes coupées. Impossible d’en dire plus pour ménager le suspens qu’instille Lucille Cottin au fil des pages. Grâce une écriture fluide et limpide, un art maîtrisée de la nouvelle, l’auteur prouve une nouvelle fois qu’il faut compter avec elle dans ce genre un peu méconnu en France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *