L’instant critique : « Saisons de papier » de Jean-Paul Enthoven

71BBrLHHJYL

« Quelques années plus tard, j’étais devenu ce que l’on appelle officiellement un « critique littéraire » – c’est-à-dire une espèce hybride, préposée au supplément d’âme requis par les entreprises de presse, et dont les membres ne sont ni vraiment des écrivains, ni vraiment des journalistes »

Dans ce recueil de critiques littéraires qui s’étalent sur plusieurs décennies, Jean-Paul Enthoven nous livre avec justesse, parfois agacement mais toujours avec brio sa vision de la littérature des XXème et XXIème siècles. L’ouvrage est découpé en huit parties, qui vont de « Dandysmes » à « Idées, idéologies », et qui regroupent des chroniques autour d’un même thème.

Jean-Paul Enthoven est un observateur parfois impitoyable, parfois amoureux des écrivains. Christine Angot n’échappe pas à sa plume acerbe dans un texte intitulé « l’égo d’Angot » : « Ainsi l’affaire Angot est sans issue. Et tout lecteur prend le risque d’être fusillé, soit par une salve de mépris, soit par une rafale d’analyse sauvage. C’est dire que la Angot est beaucoup plus qu’un écrivain : c’est un peloton d’exécution ».

L’écrivain se promène dans la littérature de son époque, en explore la petite histoire (c’est ainsi que l’on retrouve un Roland Barthes tourmenté par la problématique du corps, une Françoise Sagan pressée de vivre et d’écrire). Des écrivains, généralement considérés comme mineurs ou oubliés sont aussi convoqués : Maurice Sachs, Constant …

Jean-Paul Enthoven, avec ses partis pris, ses choix littéraires, ne se pose pas en érudit (même s’il l’est) mais en passeur culturel. Le lecteur appréciera ou non cette position critique subjective mais qui fait renaître un pan entier de la littérature. De très beaux entretiens avec des écrivains (on appréciera particulièrement celui avec Borges) donnent vie à la littérature.

Un livre qui donne envie de lire ou relire les auteurs d’un tableau de la littérature qui se constitue au fil des pages.

(Merci aux éditions Grasset et à NetGalley France qui m’ont permis de lire ce bel ouvrage)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *