Relire les classiques : « Bibliomanie » de Gustave Flaubert

bliomanie

Bibliomanie

Giacomo le libraire est un homme inquiétant qui ne vit que pour sa passion : les livres et en particulier les manuscrits. Giacomo le libraire est presque un être mystique à la recherche du Livre. Giacomo le libraire évolue dans un monde de turpitudes qui le conduiront à sa perte.

Dans cette courte nouvelle de 1836 (ou plutôt ce conte), Flaubert surprend son lecteur par la noirceur de son propos. La puissance de son style, qui n’est pas sans rappeler celle que l’on retrouvera dans la Tentation de Saint Antoine, plonge brutalement le lecteur dans la quête de son anti-héros. Les mots sont justes, forts et ne laissent pas indifférents. Le lecteur est emporté dans le tourbillon de Giacomo.

Un texte peu connu mais qui ravira les amateurs de fantastique et les amoureux des livres.

Pratiquez-vous l’art du Hygge ?

img_0191

Si vous êtes un(e) adepte du cocooning (désolée mais je n’ai pas trouvé de terme français) vous pratiquez peut-être déjà sans le savoir l’art danois du Hygge (prononcez Hou-ga).

Dans son ouvrage de référence, le Livre du Hygge, Meik WIKING donne les clés pour un hygge réussi.

  • Des bougies
  • Des lampes d’ambiance
  • Des amis
  • Pour l’hiver un intérieur cosy mais simple (le hygge se pratique également l’été autour d’un film en plein air, un barbecue)
  • Une boisson chaude (café pour les danois mais aussi thé ou chocolat)
  • Des activités conviviales (on peut jouer, faire la cuisine ensemble …)

img_0192img_0193

 

 

 

 

Bref l’art du hygge (la recette danoise du bonheur) ressemble fort au cocooning français si ce n’est qu’il est moins tourné vers un repli sur soi et laisse une place plus grande à la convivialité.

Personnellement je reste une adepte du cocconing, avec un bon thé chaud, un livre, le tout sous un bon plaid (même si dans ma région les hivers ne sont pas très rudes).

Les provisions de livres sont faites et j’attends les premiers frimas.

Mais que l’on soit danois ou français, c’est la recherche d’un moment de bien être dans un environnement sécurisant qui prime. Un éloge d’une certaine lenteur, d’un lâcher prise. Slow life, en somme !

signature-litteratura

Marque page #3 Une image mobile de Marseille

Aujourd’hui dans Marque page, Une image mobile de Marseille de Jean-Christophe Bailly aux éditions Arléa (2016)

Une promenade dans une ville vue par un écrivain

 

 

Marque page #2 – Les gens – Christophe Sanchez

Marque page #2, l’audio-vidéo podcast de Litteratura blog

Chaque jour, Christophe Sanchez regarde #les gens et publie des chroniques sur Facebook. Chaque semaine, il reprend ses instantanés sur son site Fut-il.net pour composer une fresque mouvante et fascinante.

Et si on ralentissait pour passer à la slow life ?

Besoin de changer d’air, de ralentir, de faire le point sur ses valeurs ? Alors le moment d’adopter un mode de vie slow life est peut-être venu !

On entend parler de slow life un peu partout : phénomène de mode ou vrai besoin ? J’opterai plutôt personnellement pour la seconde solution en m’interrogeant et en remettant en cause mon mode de vie. Un peu d’oxygène dans le tourbillon du quotidien, cela ne peut faire que du bien.

A ce titre l’ouvrage de Cindy Chapelle, La Slow life en pleine conscience, ralentir et trouver son rythme idéal, est intéressant. Même s’il est un peu trop tourné vers la sophrologie à mon goût, il donne des pistes pour un nouveau départ.

Slow Life

14 clés de la slow life attitude que j’aurai l’occasion de développer dans d’autres articles (Cindy Chapelle donnant une base de réflexion qu’il convient forcément de s’approprier).

1- Prendre les rênes de son emploi du temps

2- Ralentir le rythme

3- Vivre l’instant

4- Tendre vers la simplicité

5- Se recentrer sans être égocentré(e)

6- Se reconnecter à la nature

7- S’ancrer dans le réel

8- Se nourrir de relations humaines

9- S’accorder des pauses pour penser

10- Consommer mieux et moins

11- Expérimenter d’autres chemins

12- S’offrir plus de liberté

13- Gagner en bien-être

14- Vivre en conscience

Et vous ? Prêts pour la slow life ?

Marque page #1 François Bon

Marque page est un projet audio-vidéo destiné à faire découvrir ou redécouvrir, par la lecture d’une ou deux pages, des oeuvres littéraires.

Aujourd’hui Autobiographie des objets de François Bon (Le Tiers livre)

Lancement de Marque page : un livre, une page

Lancement dans quelques jours de Marque page : un livre, une page ; le site du livre audio et vidéo. Une publication booktube originale destinée à vous faire découvrir de nouvelles oeuvres dans un format court.

marquepage.me

img_0135

Cinq bonnes raisons d’acheter une liseuse

Je vois souvent sur les forums, les groupes Facebook, des lecteurs qui s’interrogent sur l’opportunité d’acheter une liseuse. Voici cinq bonnes raisons de succomber à la tentation Kindle, Kobo et consorts …

Kindle

Pourquoi acheter une liseuse ?

* Cela fait gagner de la place
Dans une démarche minimaliste, l’intérêt est de ne pas s’encombrer d’objets dont on ne se resservira pas. Exit donc les bons vieux livres papier qui prennent de la place et attirent la poussière. Toute une bibliothèque dans un petit objet !

* C’est pratique dans les bagages ou au quotidien
Imaginez que vous puissiez transporter le dernier pavé de 500 pages sans alourdir vos bagages ou votre sac et partir avec votre bibliothèque en poche. Une liseuse ne prend pas de place, est légère et peut en moyenne contenir 3000 livres (je ne me sépare jamais de ma Kindle Oasis – voir ma vidéo).

* On peut lire le soir sans gêner son voisin ou sa voisine
Depuis quelques années, les modèles les plus en vogue comme la « >Kindle Paperwhite sont équipés du rétro-éclairage. Une douce lumière qui vient de l’intérieur sans agresser les yeux (rien à voir avec la lumière bleue des tablettes sur lesquelles on peut aussi lire des ebooks)

* Le catalogue est vaste
A moins que vous ne cherchiez un livre hyperspécialisé ou tiré à très peu d’exemplaires, le catalogue des ebooks est maintenant vaste. Les majors de la distribution, en particulier Amazon, vous permettent même de découvrir des auteurs auto-édités que vous n’auriez peut-être pas connus sans cela.
Et puis vous pouvez aussi perfectionner votre anglais, ce qui n’est pas négligeable à l’heure actuelle. Les liseuses renferment très souvent un dictionnaire intégré.

* C’est économique
Bon d’accord, là on peut discuter. Les dernières parutions sont en moyenne 20% moins chères en version numérique ce qui, dans certains cas, donne un prix final non négligeable. Mais en cherchant bien sur les grands sites et en se tournant vers les petites maisons d’édition, on peut assouvir ses pulsions de lecture à un coût tout à fait raisonnable. Et n’oublions pas les livres tombés dans le domaine public qui sont … gratuits ! N’est-ce pas merveilleux ?

Pour un comparatif des liseuses, je vous renvoie vers cet article d’Aldus.

Alors prêts à tenter l’aventure de la lecture sur liseuse ?

Litteratura change (un peu) … Nouvelle ligne éditoriale (enfin presque)

Vous l’aurez sans doute remarqué, le slogan de Litteratura blog a changé : il passe de « littérature, arts, web, le temps qui passe … et Marseille » a une formulation plus courte (enfin presque) qui reflète mieux mes nouveaux centres d’intérêt.

Litteratura devient le blog de la slow life, du minimalisme et bien entendu de la littérature (impossible d’oublier une passion première !). Mais je vous réserve quelques surprises pour les chroniques de livres (ceux qui veulent me faire découvrir leurs ouvrages, je pense aux auteurs indépendants, sont toujours les bienvenus sachant que je ne lis pas de dystopies – ou rarement- ou de romance).

Pourquoi cette inflexion de la ligne éditoriale d’un blog qui sous diverses formes a déjà dix ans ? Chacun change et je n’échappe pas à ce changement. Des événements personnels m’ont amenée à regarder ma vie sous un autre angle et c’est cet angle que je veux mettre en valeur, les lectures qui vont avec, les découvertes.

A très bientôt pour un premier article sur la slow life !